Valentina Andrei

 

Une vigneronne, d’une douceur et d’une générosité extrêmes.

Avec 13’000 ha. de chasselas plantés sur ses terres, la Roumanie est le plus grand producteur de ce cépage.

C’est sur ses terres roumaines que Valentina se prend de passion pour le monde de la vitiviniculture. En 2003 elle arrive en Suisse pour se former dans le domaine, à l’école d’ingénieurs de Changins. Elle poursuit sa formation auprès de vignerons valaisans, notamment Jacques Grange du Domaine de Beudon et trouve un  poste en tant que maître de chais chez Marie-Thérèse Chappaz. Ces  rencontres  lui confirmeront sa passion pour le vignoble valaisan. Elles lui permettront également de découvrir et pratiquer les méthodes  de travail en biodynamie.

IMG_16731.jpgValentina trouve alors sa place dans le monde du vin au milieu de ces collines valaisannes. Aujourd’hui, à 33 ans, la vigneronne n’a pas quittée cette région,  et elle  y prend son indépendance en 2013. Elle devient alors vigneronne valaisanne, de cœur.

Aujourd’hui Valentina possède environ 3 ha de vignes réparties sur 19 parcelles différentes.

Elle mène sa cave avec une philosophie, faire des vins qui lui correspondent et qui sachent transmettre de belles émotions aux dégustateurs.IMG_0721

Cette femme d’une douceur et d’une générosité extrêmes nous a accueillis chez elle dans le cadre d’une sortie entre étudiants du Brevet Fédéral de Sommellerie.Parmi les nombreuses pépites découvertes lors de cette dégustation, le premier vin, « Les Bans »2015 , m’a beaucoup émue.

IMG_16712.jpgCe chasselas est issu de vieilles vignes plantées en 1973. Le cépage évolue sur un sol riche en granit, et est conduit de manière traditionnelle, en gobelet. Valentina convertit ce vignoble en biodynamie en 2013.

Les vendanges 2015 ont été assez tardives afin d’atteindre une maturité optimale. Les rendements ont quant à eux été très faibles sur ce millésime, de l’ordre de 50%.

En cave le vin est resté en cuve inox et n’a pas fait de fermentation malo-lactique ce qui lui permet de présenter une belle trame acidulée.

Je pourrais vous parler des aspects techniques de la dégustation du vin et des différents arômes ressentis… Mais, selon moi, c’est avant tout un vin d’émotions.

Et ses autres cuvées sont également vectrices d’émotions :

chasselas issus de vignes de plus de 70 ans, petite arvine  vendangée de nuit, poussant à 700 m d’altitude, païen avec 2 jours de macération pelliculaire…

Les quantités étant extrêmement faibles, si vous trouvez ces vins dans le commerce, n’hésitez pas !

Très bel article de l’illustré :
http://www.illustre.ch/magazine/valentina-andrei-la-vigneronne-qui-ecoute-la-terre

A lire aussi, sur le Domaine de Beudon :
https://yaduvin.wordpress.com/2017/04/12/les-vignes-dans-le-ciel/

Yanna Delière

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :